L’ostéoporose n’est pas une maladie. C’est un processus naturel de fragilisation des os qui les rend plus poreux et plus susceptibles aux fractures. Ce processus est souvent associé au vieillissement, mais des jeunes enfants et des adultes aussi jeunes que 50 ans peuvent avoir des problèmes d’ostéoporose.

Un des problèmes associés à l’ostéoporose est la diminution de calcium, de phosphore et autres minéraux dans le corps. Il y a plusieurs raisons possibles pour ce changement, mais les deux raisons principales sont : une modification de l’alimentation et la prise de médicaments. Une autre cause possible d’ostéoporose est la sédentarisation des individus avec l’âge. Plus on vieillit, moins on a tendance à être actif. Résultat : la demande sur le système osseux est moindre, ce qui le rend plus fragile. Un autre facteur est l’hérédité. En ce qui concerne celui-là, il n’y a pas grand-chose à faire. Pas tout le monde a la chance d’avoir la même masse osseuse. Celle-ci atteint son pic maximal entre 35 et 40 ans et décline de 1 à 2% en moyenne par année. Donc si vous faites partie des chanceux, ou de ceux qui ont une vie active, alors votre masse osseuse est plus forte que la moyenne et décline d’une façon moins rapide. Finalement, les femmes après la ménopause représentent un plus haut niveau de risque de développer l’ostéoporose que les hommes d’âge équivalent. Et pour ces derniers, les conséquences sont plus sévères. Il y a d’autres facteurs, mais ceux-ci sont les plus fréquents.

Selon les statistiques canadiennes, 1 femme sur 4 et 1 homme sur 8 auront des problèmes d’ostéoporose au cours de leur vie. De plus, 4 femmes sur 10 auront une fracture entre 50 ans et la fin de leur vie en partie à cause de l’ostéoporose. Les fractures qui sont plus fréquentes sont les os de la hanche, des poignets et la colonne vertébrale.

Comment diagnostiquer l’ostéoporose?

Il y a trois dimensions abordées dans le diagnostic de l’ostéoporose : l’aspect visuel, l’analyse des facteurs de risque, et l’évaluation de la densité minérale osseuse par ostéodensitométrie. L’aspect visuel peut donner un indice sur la présence possible d’ostéoporose. Par exemple une personne âgée qui se voute ou dont la taille diminue peut être un indice. Par la suite, un questionnaire identifiant les facteurs de risque (âge, sexe, ethnicité, antécédents familiaux, alimentation, carences alimentaires, style de vie, hormones sexuelles, maladies hormonales, masse corporelle, etc…) peut être administré. Puis, si la présence d’ostéoporose est présumée, un test d’ostéodensitométrie peut être prescrit. A moins de 2.5 de déviation standard par rapport à la normale, on parle d’ostéoporose. Entre -2.5 et -1 on parle d’ostéopénie.

Qu’est-ce que l’ostéopénie?

C’est le précurseur à l’ostéoporose. C’est un état entre l’os normal et l’ostéoporose. Pour avoir de l’ostéopénie, on doit avoir moins de 11% de perte de la masse osseuse. A plus de 11%, on parle d’ostéoporose.

Depuis quelques années, le plan de traitement pour les personnes atteintes d’ostéoporose est plus axé vers la prévention des fractures plutôt que vers l’atténuation de l’ostéoporose. En effet, plusieurs personnes de plus de 50 ans peuvent montrer des signes d’ostéoporose sans avoir de fractures, et d’autres peuvent n’avoir aucun signe d’ostéoporose et avoir une fracture. Nous comprendrons ici que le problème principal est au niveau de la fracture. Bien que la perte de densité osseuse soit un problème, l’impact d’une fracture sur l’hygiène de vie d’une personne est beaucoup plus important et la personne peut se retrouver dans un cercle vicieux qui précipitera les problèmes. Une personne sans ostéoporose qui se blesse devient sédentaire. Ce sédentarisme active une baisse de densité osseuse qui en retour réduit la quantité de calcium dans le corps et ainsi de suite. Les autres conséquences associées aux fractures sont : douleurs, perte d’autonomie, et réduction de la qualité de vie. Finalement, entre 20-25% des personnes ayant eu une fracture de la hanche décèdent au cours de l’année suivant la fracture. C’est un pensez-y bien.

Alors pourquoi consulter votre physiothérapeute ou ostéopathe?

Pour être actif sur toutes les facettes de la prévention. Grâce à une évaluation de votre style de vie, votre professionnel peut vous prescrire un programme d’activité physique qui fera en sorte que la perte de masse osseuse soit moins importante que chez un individu sédentaire. De plus, une consultation avec notre naturopathe aidera à évaluer l’apport en minéraux dans votre diète et pour voir s’il y a lieu de combler les carences avec des changements alimentaires ou avec la prise de suppléments.

Avancer en âge n’est pas un problème si nous mettons de la vie dans nos années vieillissantes, et par conséquent ajoutons des années à notre vie. Si vous avez des questions ou commentaires, n’hésitez pas à nous consulter.