Les douleurs de l’épaule sont l’une(s) des principales raisons de consultation. Bien qu’il puisse y avoir de l’inflammation comme dans les cas d’une bursite ou d’une tendinite, la cause de ces douleurs réside dans le manque de mobilité dans les articulations entourant l’épaule. Au cours des deux prochains articles nous verrons les relations entre ces articulations et les douleurs à l’épaule. Le but principal de l’approche ostéopathique est de donner à l’épaule de la mobilité en en augmentant l’amplitude des structures suivantes :

  • Du thorax
  • De l’omoplate

Il est important que le thorax soit mobile car plusieurs muscles de l’épaule s’y attachent. Le thorax est composé des côtes, des vertèbres, du cœur et des poumons. Les organes à l’intérieur du thorax y sont fixés par des attaches et peuvent ralentir l’amplitude de la cage thoracique.

Tout d’abord, dans le but d’assurer une amplitude nécessaire au thorax, la mobilité du diaphragme est primordiale. De plus, une attention toute particulière est portée à la mobilité articulaire des deux premières côtes à cause de leur innervation, de leur vascularisation et de leurs rôles dans la mécanique de l’épaule. La mobilité optimale de l’omoplate est essentielle car son mouvement est deux fois supérieur à celui du bras. Les muscles de la coiffe des rotateurs s’attachant sur l’omoplate ont pour but de stabiliser le bras.

De plus, la coiffe des rotateurs assure une fluidité dans le mouvement de l’omoplate et du bras lors de l’élévation. Nous évaluons aussi certains muscles venant du cou, de la tête et du thorax.

Donc, l’omoplate est importante dans les douleurs à l’épaule. 

Les douleurs de l’épaule peuvent être causées par un manque de mobilité vertébrale du thorax et de l’omoplate. Aujourd’hui nous verrons la relation entre l’épaule, la clavicule, le cou et la tête. Tout d’abord, la clavicule est un relais musculaire important pour les muscles provenant du membre supérieur et s’attachant au thorax, de l’omoplate, du cou et du crâne. 

Une restriction de la mobilité de la clavicule peut entraîner des engourdissements fréquemment rencontrés la nuit, provoquant d’une restriction de la mobilité des nerfs et des vaisseaux sanguins du bras, le syndrome du défilé thoracique. Une douleur d’épaule de type tendinite ou bursite surviendra car les tendons de la coiffe des rotateurs passant sous la clavicule sont irrités et coincés. La mobilité cervicale est importante car il y a plusieurs nerfs qui passent du cou et se dirigent vers l’épaule et le bras. 

L’origine des douleurs d’épaule est surtout causée par l’irritation de certains nerfs du cou innervant directement l’épaule. Finalement, plusieurs muscles s’attachant sur la tête influencent la mobilité de l’épaule. Au sens figuré, le crâne est un casse-tête en forme de boule où plusieurs pièces osseuses s’articulent ensemble. 

Étant donné qu’un muscle possède deux extrémités mobiles, les muscles s’attachant sur l’omoplate, le cou, la clavicule, la tête et le bras doivent être mobiles. Par exemple, une personne qui chute sur la tête pourrait développer une douleur à l’épaule. De plus, les ligaments fixant le cœur et les poumons à la cage thoracique s’attachent au cou et au crâne et démontre le lien entre la tête, le crâne et le thorax.