Ce mal, touchant en majorité les femmes, est de plus en plus étudié et suscite plusieurs désaccords quant aux causes de celui-ci. Des désaccords? Oui, surtout par rapport au rôle du calcium dans cette histoire. En effet, contrairement à ce qu’on nous a appris à la maison et à l’école, le fait de consommer le plus de produits laitiers possible afin d’avoir de meilleurs os ne serait pas approuvé par tous les professionnels de la santé. Voyons ce qu’il en est.

Commençons par expliquer concrètement la maladie. Qu’est-ce que l’ostéoporose? L’ostéoporose est « un désordre caractérisé par une faible masse osseuse et une détérioration architecturale des tissus osseux, entrainant la fragilité des os et l’augmentation conséquente des risques de fractures. »Comme nous pouvons le constater, cette maladie est plutôt sérieuse.

Tout d’abord, il faut comprendre que toutes ces campagnes publicitaires qui ont amené les citoyens à croire fermement que consommer des produits laitiers en grande quantité n’avait que de bons vertus face à leur santé n’ont pas toujours la santé de la population comme intérêt premier. Effectivement, se cache en arrière de toute cette publicité semblant préconiser la santé populaire l’existence des lobbies laitiers. Face à ces campagnes publicitaires souvent lancées par le gouvernement afin d’éviter une crise économique dans le secteur laitier, il est de notre devoir de discerner le vrai du faux.

Les produits laitiers riches en calcium restent toutefois importants dans la santé des os. Il ne faut pas nécessairement les bannir de notre alimentation. Ce qu’il faut plutôt saisir c’est que le calcium n’est pas plus important que les autres nutriments nécessaires à la santé osseuse du squelette humain. Lorsque consommé en quantité excessive, le calcium se promène dans l’organisme plutôt que d’adhérer aux parois osseuses. Ceci provoque un débalancement dans l’organisme et nuit à son bon fonctionnement. Bref, il ne faut pas en manquer ni en consommer trop.

Mais alors, pouvons-nous prendre des précautions afin de prévenir l’ostéoporose? Vous verrez, il est possible de réduire nos chances de développer cette maladie sans nécessairement se gaver de produits laitiers. Voyons voir quelques exemples.

L’exercice constitue un bon moyen de renforcir nos os. Effectivement, lorsque nous pratiquons une activité physique comme courir ou sauter à la corde, une pression est imposée sur nos os, celle-ci les rendant ainsi plus résistants. Sans oublier que l’exercice permet de renforcir nos muscles améliorant notre équilibre général. De ce fait, les risques de chute et de fracture sont beaucoup moins élevés.

Autrement, il faut aussi s’assurer de consommer assez de vitamine D puisque, au même titre que le calcium, celle-ci est indispensable pour assurer la bonne santé des os. Malheureusement nous ne pouvons pas seulement compter sur les rayons du soleil pour combler nos besoins en vitamine D. Nous pouvons compléter avec des poissons gras tels que le hareng, le saumon ou la sardine. Donc, allez dehors afin de faire le plein de soleil et modifiez un peu votre alimentation pour y intégrer des sources de vitamine D.

La vitamine K et le potassium ne sont pas à négliger. Optez pour les légumes qui contiennent beaucoup de ces deux nutriments.
En conclusion, oui le calcium est important pour la croissance des os, mais notre surconsommation de produits laitiers fait en sorte que nous négligeons d’autres nutriments. Malgré toutes ces campagnes publicitaires, nous devons comprendre que consommer excessivement des produits laitiers ne rend pas les os assurément plus forts. La qualité est tout aussi importante que la quantité dans la prévention de l’ostéoporose. Alors, il ne faut pas oublier que le manque de calcium est loin d’être la cause unique du développement de cette maladie.

————–
– KANIS, JA et al. «Perspective : the diagnosis of osteoporosis.», 1994.

– SOUCCAR, Thierry. «Solution globale contre l’ostéoporose.» Santé Nature Innovation, n.11, Août 2012, p.4.

– VACHON, Carol. «Le lait protège-t-il contre l’ostéoporose?», Québec, 1996, p.68