Dans cette chronique, nous allons voir les différentes avenues qu’offrent la Clinique Santé Guindon pour le traitement de cette inflammation de l’attache commune des extenseurs de l’avant-bras, communément appelée «tennis elbow ». Cette blessure qui tient son nom du fait qu’elle afflige un grand nombre de joueurs de tennis est aussi commune auprès des gens qui répètent les mêmes gestes.

La physiothérapie traite efficacement cette tendinite de façon locale, tout d’abord en effectuant des frictions transverses au niveau de l’attache musculaire pour briser les adhérences cicatricielles. Ensuite, le physiothérapeute s’assure que la mobilité accessoire du membre supérieur est adéquate. Comme programme d’exercices à la maison, nous enseignons des étirements de l’avant-bras et le massage de l’avant-bras et recommandons l’application de glace.  

Si des blocages sont trouvés dans le membre supérieur, la physiothérapie et l’approche ostéopathique visent à enlever ces blocages causant des tensions à l’épaule en améliorant la mobilité du rachis cervical, dorsal et costal à l’aide de technique de mobilisations articulaires manuelles et des techniques myofaciales pour le thorax, le membre supérieur, la région cervicale et les viscères. Dans certains cas, nous avons recours à des techniques manuelles visant à normaliser le foie étant donné son implication dans le métabolisme de certaines toxines. Celles-ci se logent naturellement dans les tendons les plus sollicités et peuvent dans certains cas être la source de l’épicondylite.

L’acupuncture, quand a elle, peut être utilisée pour diminuer la douleur et l’inflammation au niveau du coude à l’origine commune des extenseurs et aussi réduire les tensions de ces muscles. De plus, le méridien du colon chemine directement sur l’aspect latéral du membre supérieur et le déséquilibre de l’énergie du colon peut être la cause de certaines épicondylites. Comme des aiguilles sont placées à des endroits propices pour favoriser l’irrigation de la région, l’afflux sanguin ainsi maximisé accélère le processus de guérison.

Une autre approche est proposée par la Dr Shirley Sahrmann. Lorsqu’une personne prend un petit objet sur une table, disons un ustensile, le coude fléchi en utilisant les extenseurs de l’avant-bras au lieu du bicep. Les extenseurs d’avant-bras s’attachent sur l’épicondyle de l’humérus pour s’insérer sur le 2e et 3e métacarpe. Alors, ce surmenage, car nous répétons ce mouvement plusieurs fois par jour, conduit à une tendinite. Il faut donc enseigner des exercices visant à restaurer le patron neuro-musculaire pour diminuer le stress sur les muscles épicondyliens.

Comme vous pouvez le constater, notre clinique est en mesure d’envisager plusieurs pistes de traitement afin de traiter cette problématique chez vos patients. Malheureusement, certaines épicondylites résistent à l’approche conservatrice et à ce moment, il est souhaitable que la médecine traditionnelle traite ces patients.