Lorsqu’on nous parle de produits laitiers, nous pensons toute suite à sa supposée importance dans notre alimentation. En fait, son importance n’est pas supposée dans notre esprit, mais plutôt incontestable probablement dû à sa source élevée de calcium. L’image du lait maternel et  la publicité diffusée à outrance concernant ces produits les mettent bien inévitablement sur un piédestal. Or, un réel débat s’installe à propos de leur réelle importance dans notre diète. Nous aborderons le mythe tournant autour de la dimension des produits laitiers. Nous verrons que les produits laitiers sont souvent l’auteur de plusieurs troubles de santé et que ceux-ci sont souvent surconsommés et sur-recommandés par certains spécialistes.

Tout d’abord, il serait pertinent de parler du problème allergique qu’occasionnent les produits laitiers, puisque celui-ci est assez courant. Le lait est probablement l’aliment le plus allergène connu jusqu’à présent. Nous pouvons parler d’allergies des voies respiratoires, de la peau et des tuyaux digestifs. Celles des voies respiratoires peuvent se manifester à travers des bronchites, des sinusites ou encore de l’asthme. Celles de la peau sont reliées aux problèmes d’acné, de psoriasis ou même d’eczéma alors que celles des tuyaux digestifs occasionnent des brûlures d’estomac, des ballonnements, de la constipation ou encore une mauvaise haleine. Bien sûr, lorsqu’on est face à ses problèmes, rares sont ceux qui vérifieront leur lien avec les produits laitiers. Évidemment que ces maux ne sont pas à tout coup causés par la consommation plus ou moins excessive de produits laitiers, mais ces derniers peuvent, dans plusieurs cas, être la source de problème lorsque pas trouvée ailleurs. Même dans la tête des médecins, les produits laitiers semblent tellement être des aliments nécessaires à notre alimentation qu’ils disent tout simplement ne pas envisager la question d’une surconsommation de produits laitiers comme cause de ces troubles. Souvent, une suppression partielle ou complète pendant quelques semaines pourra régler les symptômes allergiques.

Ensuite, l’intolérance au lactose est aussi un trouble très répandu. Ce trouble est causé par la mauvaise digestion du  lactose, sucre du lait. Les intolérants doivent réduire leur consommation de produits contenant du lactose ou bien les combiner avec d’autres aliments lors de la consommation. Tout comme les troubles décrits dans le paragraphe précédent, dont la source est la consommation plus ou moins abusive de produits laitiers, l’intolérance au lactose est donc régler par un contrôle de la consommation d’aliment en contenant.

Qu’en est-il du calcium? Il est vrai que le calcium est un élément aidant au bon maintien et à la bonne santé des os. Or, plusieurs autres minéraux sont indispensables dans le développement et l’entretien des os. Ces minéraux sont souvent négligés bien qu’ils soient aussi importants que le calcium. Pourquoi alors entendons-nous couramment que les populations ne consomment pas assez de calcium? Probablement parce que les recommandations fixées sont beaucoup trop élevées. Pourquoi devrions-nous croire qu’elles sont trop élevées? Parce que la biologie elle-même prouve que la consommation de calcium n’est pas autant primordiale. En effet, dans le lait humain, nous retrouvons 34mg de calcium par 100g de lait comparativement à 132mg dans le lait de vache. Le lait étant conçu pour répondre aux besoins de son espèce, la biologie se serait chargée de concevoir un lait beaucoup plus riche en calcium si nous en présentions les besoins. Nous semblons donc, en consommant un lait conçu par une autre espèce contenant quatre fois plus de calcium que le lait nous étant destiné, il est juste de croire que nous encourageons probablement une surconsommation de calcium. Il est pertinent aussi de savoir que le calcium ne se retrouve pas seulement dans les produits laitiers, mais aussi dans d’autres aliments intéressants comme les pétoncles, les crevettes, les sardines, les épinards ou les graines de sésame.

Bref, la publicité qui attrait à l’efficacité indispensable des produits laitiers n’est pas aussi fondée qu’on le croit et elle incite plutôt à une surconsommation qui peut, finalement, engendrée divers troubles. Par contre, il ne faut pas croire qu’il est nécessaire d’éradiquer tout produit laitier de son alimentation. On parle plutôt de vigilance face à l’excès et à toutes les publicités qui nous incitent à surconsommer ces produits. Malheureusement, toute cette publicité et ces recommandations gouvernementales par rapport à la consommation de produits laitiers cachent une facette économique cherchant à éviter une faillite ou des pertes financières des compagnies laitières. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le domaine de recherche par rapport aux impacts des produits laitiers sur la santé est en constante évolution : les scientifiques ne cessent de découvrir de nouvelles vérités qui nous étaient alors inconnues. Seulement, s’attarder plutôt à un mode de vie actif semble plus prioritaire pour conserver une bonne santé des os et du fait même, de tout le corps.

 

_________________________________
1 Hill, D.J et al., 1989, J Ped 114: 761.

2 Paige, D.M et Bayless. «Lactose digestion: clinical nutritional implications», Baltimore, J. Hopkins University Press, Éditions T.M. 1981.

Bibliographie :
VACHON, Carol. «Le lait : si bon pour la santé?», Québec, 1996, 27p.