Tout au long de sa carrière, en cour depuis plus de 25 ans déjà, notre acupuncteur, Sylvain Trudel, a traité pas moins de 250 personnes ayant eu des problèmes d’allergies (pollen, poussière et acariens). De ce lot, il estime qu’environ 85% ont bien répondu aux traitements d’acupuncture. Normalement, une dizaine de traitements est généralement suffisant. 

Comme une des principales saisons d’allergies saisonnières approche, et qu’il est suggéré de commencer les traitements 6 à 8 semaines avant le début de la saison qui affecte le patient, il est temps d’y penser!. 

Certains types d’allergies sont plus difficiles à traiter en acupuncture. C’est le cas des allergies aux poils d’animaux. Pour ce qui est des allergies alimentaires, les répercussions peuvent être assez graves. Pour ces raisons, ces deux types d’allergies ne sont pas traités par M. Trudel. Il conseille plutôt une intervention médicale. 

En acupuncture, il est surtout question d’énergie: de sa libre circulation, de blocage, de vide ou de surplus. Le but de l’acupuncture est de rééquilibrer l’énergie des organes clés avec de petites aiguilles stérilisées ou d’un laser doux. Dans le cas des allergies, les traitements visent trois organes particuliers: les poumons, la rate et l’estomac. 

Pourquoi les poumons?

C’est l’organe qui est le principal point d’entrée des allergènes. En traitant l’énergie des poumons, nous lui permettons d’être plus en mesure d’agir « normalement » face à l’intrusion de corps étrangers.

Le deuxième organe qui est visé en acupuncture est la rate. L’énergie de la rate est importante parce qu’elle : 

  • Épure le sang à raison de 100ml à 200ml par minute
  • Synthèse des anticorps
  • Constitue une « réserve » de cellules sanguines

En harmonisant l’énergie de la rate, l’acupuncture contribue à maintenir ou retrouver l’équilibre du système immunitaire. 

Finalement, l’énergie de l’estomac est importante parce qu’à travers ce méridien, elle influence la glande thyroïde. Cette glande gère l’équilibre hormonal via l’inhibition de la synthèse de l’hormone thyréostimuline et thyréolibérine. Ce double contrôle hypophysaire et hypothalamique permet de maintenir une sécrétion d’hormones relativement constante, lorsque les conditions sont stables. Un dérèglement de cette glande met en péril l’énergie globale du système et par conséquent, prédispose le patient à une réaction immunitaire hors proportion. 

En traitant l’énergie de ces trois organes, l’acupuncture aide grandement à rétablir un état homéostatique qui a un impact sur les réactions allergiques. 

Il y a toujours des cas d’exceptions qui peuvent résister à la force des traitements. Par exemple, M. Trudel a traité une famille de trois personnes. Deux d’entre elles ont obtenu des résultats immédiats après seulement quatre traitements. Toutefois, après dix traitements, la troisième personne présentait toujours des symptômes, quoique minimes.

En conclusion, l’acupuncture peut être un moyen de prévenir ou même de guérir les cas d’allergies saisonnières et ce, sans médicaments.