Nous entendons souvent parler des avantages d’une vie active pour nous garder en bonne santé et vivre plus longtemps. Mais nous entendons moins parler des bienfaits d’une bonne posture sur notre santé générale et l’inévitable processus de vieillissement.

Un système musculo-squelettique en santé est essentiel autant debout, en mouvement, qu’assis. Pour maximiser une saine constitution, certaines mesures préventives peuvent être prises dès la verticalisation de l’enfant. À cette étape, une attention particulière peut être accordée à l’examen du membre inférieur, du bassin et du rachis. Cette analyse peut être complétée par un examen ostéopathique validant l’absence de tension au niveau des viscères, du système cranio-sacré et de la mobilité du rachis qui aura un effet sur l’alignement du corps. En intervenant tôt chez l’enfant, il est possible de limiter ou même d’éliminer les problèmes qui pourraient survenir lors d’une stabilisation du système de la marche par des semelles correctives.

Voici un exemple des conséquences néfastes d’une négligence sur le développement à long terme. Considérons un enfant dont le pied droit serait placé en position valgus ou encore dont la jambe serait plus courte à cause d’une bascule du bassin relié à un problème dorsal ou une torsion du cou induite par une manipulation sévère à la sortie du canal lors de la naissance de l’enfant.

Au cours de la croissance de cet enfant, aucun suivi ou correctif n’est fait, si bien que le genou se retrouve en position valgus, la tête fémorale en rotation interne dans l’acétabulum. Le bassin est ainsi projeté en antéversion ce qui occasionnera une hyper-extension lombaire accompagnée de douleurs. Un seul problème induirait des conséquences à trois endroits. La colonne vertébrale s’adapte au problème de bassin en montrant une scoliose.

Cette chaîne de problèmes passera presqu’inaperçu à l’adolescence mais aura des conséquences majeures à l’âge où le tonus musculaire s’affaiblira. À cette étape, le système musculaire ne travaille plus en synergie avec le rachis et un psoas affaibli apportera l’antéversion du bassin; des douleurs à la mobilisation des membres inférieurs seront de plus en plus présentes tout comme des douleurs au niveau du bas du dos.

Même si nous n’arrivons pas à intervenir dès l’enfance, il existe une série de correctifs possibles. Par exemple, autour de la cinquantaine, certaines douleurs au bas du dos pourraient être évitées par l’utilisation d’orthèses plantaires correctrices ou de compensation dans le cas d’une asymétrie posturale ou d’un affaissement de l’arche plantaire dans le cas où il y aurait affaissement de l’arche du pied.

Une vie active et une saine posture est un facteur important dans l’atteinte et le maintient d’une bonne qualité de vie. La prévention est souvent le meilleur remède.